En ces temps où nous pouvons être profondément bouleversés par la tempête que traverse notre Église alors que simultanément notre monde est aussi secoué par des remous profonds et violents, il est bon d’entendre cette parole du pape, aux jeunes et à tout le peuple de Dieu : « Jésus est ressuscité et il veut nous faire participer à la nouveauté de sa résurrection. Il est la vraie jeunesse d’un monde vieilli et il est aussi la jeunesse d’un univers qui attend, en travail d’enfantement (Rm 8, 22), d’être revêtu de sa lumière et de sa vie » (§ 32).
Comme les apôtres au Cénacle, ou les disciples d’Emmaüs, nous pouvons être dans la peur, l’incompréhension, le sentiment d’échec, le doute ou encore les larmes comme Marie Madeleine. Les évangiles attestent que l’action principale du Christ Ressuscité est de consoler ses disciples. Les « consoler » au sens biblique : les réconforter, les raffermir, les renouveler : il leur dit : « La Paix soit avec vous »… et ils sont remplis de la Joie Pascale ! (Jean 20, 19-20). Le grand saint russe Serafin de Sarov saluait tous ceux qui le visitaient, par les paroles « Le Christ est ressuscité, c’est ma joie.
Notre vie chrétienne s’enracine dans la Résurrection. Accueillir le Ressuscité dans nos vies, c’est accueillir sa consolation. Demandons cette grâce d’être consolés intérieurement et ainsi de regarder les autres - l’Eglise et le monde -, avec les yeux remplis de la lumière de la Résurrection.
Pour être envoyés (Jean 20, 21)
 dans la société et dans l’Église, témoins de la joie et de la paix pas
cale qui libèrent :

  • Envoyés dans notre société, où le mal-être s’étend et où le lien social 
se désagrège : après le monde rural, le monde ouvrier (désindustrialisation), après la relégation des banlieues et autres périphéries, ce sont les classes moyennes qui se sentent désormais marginalisées dans un monde ou seule une minorité semble bénéficiaire de 
la mondialisation. Soyons les témoins du Ressuscité en actes et en paroles de fraternité, dans nos familles, nos quartiers, nos vies professionnelles, nos engagements sociaux et politiques ;
  • Envoyés dans l’église, en confessant que le Christ est l’époux de l’église : « Il s’est livré pour elle, afin
 de la sanctifier en la purifiant » (Éphésiens 5, 25-26). Il est un époux fidèle qui n’abandonne
 pas son épouse salie par le péché de
 ses membres. Et avant tout, il est au
 côté des victimes.
    Nous sommes les membres de son Corps, osons nous rencontrer, nous soutenir les uns les autres, nous consoler dans le Ressuscité... c’est le lien fraternel qui sera le meilleur témoignage pour tous ceux que nous appellerons à nous rejoindre : « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres », (Jean13, 35).
    Enfin, soyons entre nous, des « reporters d’espoir ». Ainsi ma joie depuis septembre est de voir sur la paroisse se mettre en place de belles initiatives :
  • le parcours Un chemin vers l’essentiel, suite au cours Alpha et le parcours Bible et foi ;
  • l’accueil de migrants, la nuit, à Saint-Léonard ;
  • la salle que nous baptiserons Salle de la Sainte-Famille, dans l’église Saint-Léonard qui permet en particulier l’accueil des plus petits enfants pendant la messe du dimanche ;
  • les binômes de priants après la messe tous les quinze jours, soit à Saint-Léonard, soit à Saint-Madeleine, et la prière de guérison plus habituelle dans le groupe de prière ;
  • la Messe du cœur trimestrielle pour les jeunes pro et les étudiants ;
  • le Bla-bla-table, repas entre paroissiens pour mieux se connaître.
    Ce sont de petits commencements pour que nous devenions pas à pas cette paroisse Communauté de disciples missionnaires (cf. les orientations diocésaines).
    Je vous souhaite un bon temps pascal : ces sept semaines que nous offre l’Église pour accueillir l’Esprit du Ressuscité.
Père Emmanuel Daublain

* Pape François, exhortation apostolique post-synodale Christus Vivit, aux jeunes et à tout le peuple de Dieu, 25 mars 2019.

« Élaborer un projet missionnaire... qui invite toute la paroisse à se constituer en communauté de disciples missionnaires », décision 36, Orientations missionnaires du diocèse d’Angers 2018-2028.